Just another Réseau Blog Poliris site
24 mai

La hausse des prix de l’immobilier n’affecte pas votre pouvoir d’achat dans le 14e !

La maison en billets de banque

Vous cherchez à acheter un appartement à Paris dans le 14e ? Par chance, avec l’élection d’Emmanuel Macron, les taux des crédits immobiliers ne devraient pas s’enflammer. Et c’est tant mieux, car alors que les notaires prévoient des prix records à Paris en juin à 8 700 /m². Heureusement, l’impact de cette hausse des prix reste compensé par le niveau des taux avec un pouvoir d’achat quasi stable par rapport à 2010 au moment où les prix à Paris étaient aux environs de 7 000 €/m². En outre, en mai, les premiers barèmes reçus font état d’une stabilité, voire d’une baisse pour certaines banques, qui devrait continuer à alimenter la demande, très dynamique depuis le début de l’année, malgré l’élection…

Actuellement on peut emprunter en moyenne à 1,50 % sur 15 ans, 1,70 % sur 20 ans et 1,90 % sur 25 ans, mais au mieux Vousfinancer a réussi à négocier pour certains dossiers 0,95 % sur 15 ans, 1,25 % sur 20 ans et 1,40 % sur 25 ans.

Une hausse des prix compensée à Paris par des taux qui restent attractifs
D’après les notaires, le prix des appartements anciens à Paris s’établit à 8 430 €/m² en février 2017, en hausse de 5,2 % et pourrait atteindre 8 700 € en juin 2017, soit un nouveau record, par rapport au prix de 8 460 € atteint en août 2012, alors que les taux de crédit étaient supérieurs de plus de 2 % à leur niveau actuel. Au plus bas, les prix de l’immobilier à Paris étaient descendus à 6 020 €/m² en 2009, mais avec des taux de crédit à plus de 4 % sur 20 ans. « En termes de pouvoir d’achat immobilier, la hausse des prix à Paris est compensée par le niveau actuel des taux. Ainsi à 8 700 € le m² on peut acheter en moyenne 23,5 m² contre 24 m² en 2010, au moment où les prix étaient pourtant proches de 7 000 € le m², avec des taux à 3,75 % sur 20 ans. Ainsi, tant que les taux resteront attractifs, le marché immobilier continuera à être dynamique, en dépit du niveau record des prix, qui reste pénalisant pour les primo-accédants notamment, qui n’ont pas forcément la possibilité d’acheter la surface dont ils auraient besoin », explique Sandrine Allonier, directrice des relations banques de Vousfinancer.

O.D. / Bazikpress © Richard Villalon

Article précédent
Article suivant


Laissez un commentaire

Veuillez entrer votre nom et votre adresse e-mail. Votre adresse e-mail ne sera pas publiée