Just another Réseau Blog Poliris site
27 oct

Nos conseils pour décrocher un prêt et acheter un appartement dans le 14e à Paris !

AdobeStock_85150804

Vous souhaitez acheter un appartement dans le 14e à Paris ? On ne vous apprend rien : les prix dans la capitale flirtent avec les sommets. Dans ces conditions, difficile d’acheter sans avoir recours à un crédit immobilier. Si vous achetez pour la première fois un appartement dans le 14e arrondissement de Paris, il y a quelques règles à connaître. Si une situation professionnelle stable et un apport sont généralement exigés, une bonne préparation en amont du projet et de votre dossier de prêt est indispensable.

Certes, les aides destinées aux primo-accédants ont été rognées, mais elles existent toujours. Le prêt à 0% (PTZ), qui ne comporte ni intérêt ni de frais de dossier, permet de compléter son emprunt pour acheter sa résidence principale. D’autres prêts aidés sont disponibles pour les primo-accédants qui peuvent les cumuler. Certaines collectivités (Ville de Paris…) proposent, par exemple, des prêts à taux préférentiels. Autant d’aides locales qui permettant de compléter son emprunt principal pour l’achat d’un logement neuf ou ancien et peuvent être associées à un PTZ. Le prêt Action Logement au taux maximum de 1% peut aussi être attribué aux salariés des entreprises privées de plus de 10 personnes. Il peut atteindre 7 000 à 25 000 euros en fonction des revenus du demandeur et de son lieu d’habitation.

Présentez-vous sous votre meilleur profil en soignant au maximum votre dossier
De quoi s’agit-il ? Pour convaincre la banque, la situation de votre compte en banque doit être impeccable. Il s’agira donc, en amont, d’éviter les découverts, les rejets de chèque ou encore les commissions d’intervention facturées par la banque. « Pour plus de sécurité, nous recommandons d’éviter les incidents de paiement au moins six mois avant de négocier son emprunt », conseille Ludovic Huzieux, directeur associe d’Artémis courtage.
Autre écueil à éviter : les réserves de crédit revolving proposées par les grandes enseignes. « Même s’ils sont d’une faible durée, les crédits à la consommation entrent dans le calcul de l’endettement et grèvent la capacité d’emprunt. Nous conseillons de les rembourser, quitte à bénéficier d’un peu moins d’apports », ajoute encore Ludovic Huzieux.

O.D. / Bazikpress © Adobe Stock

Article précédent


Laissez un commentaire

Veuillez entrer votre nom et votre adresse e-mail. Votre adresse e-mail ne sera pas publiée